Changer d'édition

Advertorial

Une partie de campagne

Bauen & Wunnen
Photos: Steve Eastwood

Rêver, rénover

Bauen & Wunnen 10.06.2021
Anzeige


Anne-Lise et son époux ont cherché pendant un moment avant de trouver une maison pouvant convenir à leur budget et leur style de vie. Ils nous reçoivent chaleureusement dans cette maison où ils vivent proches de la nature et à quelques encablures du centre-ville.

A 15 minutes du centre-ville

De la maison, en contemplant la vue qui surplombe la campagne, on a du mal à imaginer que l’on ne se trouve qu’à 15 minutes du centre d’affaires du Kirchberg et son effervescence. Le quartier est tranquille, composé de maisons individuelles et de leurs jardins contigus. Celui de nos hôtes est de taille respectable. Une verrière attenante à la maison est pour le moment le terrain de jeu des enfants. Les jouets s’empilent permettant de faire place nette dans le living à l’exception d’imposantes maquettes, dadas du papa et de son fiston et qui ornent joliment certains recoins de la maison. Dans la pièce principale, une cheminée trône. La cuisine a été déplacée et, selon les codes actuels, est ouverte sur le reste de la pièce à vivre.


«Il ne faut négliger aucun détail afin de se faciliter le quotidien par la suite.»


De la répartition des pièces

En parlant de cette restructuration des pièces, Anne-Lise précise : « Nous nous sommes fait aider par l’Atelier Compostelle et nous nous en félicitons. Nous bloquions sur la disposition des pièces et ce sont eux qui ont trouvé la solution idéale alors même que nous nous creusions la tête depuis un certain moment, ayant même mis à contribution famille et amis ! »

Anne-Lise continue : « Céline, de l’Atelier Compostelle, nous a conseillé le papier peint pour la cage d’escalier et je suis ravie de ce choix qui confère beaucoup de caractère à notre entrée, assez lourde de par la présence imposante du bois sculpté. »

En accédant à la suite parentale au premier étage, là aussi les pièces ont été redistribuées. « C’était assez incongru, il fallait passer par la salle de bain pour accéder au dressing. La porte a donc été déplacée pour rendre la circulation plus fluide entre les deux pièces et apporter la lumière du jour dans le dressing qui n’en avait pas du tout précédemment», sourit Anne-Lise.

Residence Concept

En attendant une autre configuration…

Les enfants jouissent eux aussi de leur salle de bain et même si la répartition de la superficie des chambres n’est pas optimale et fera sans doute l’objet d’un prochain chantier (pour abattre une cloison et répartir l’espace équitablement), chacun bénéficie de son charmant petit territoire. Des œuvres d’une amie artiste ornent les murs, sobrement décorés. Un peu de couleur par ici, beaucoup de douceur par là.

Les propriétaires concèdent qu’il reste évidemment beaucoup à faire. « La maison avait été conçue par un couple d’italiens aujourd’hui partis en retraite en terre natale et les goûts, d’une génération à une autre, peuvent varier considérablement. L’essentiel est d’avoir notre nid. Nous étions déjà dans les murs pour la première session de travaux, recommencer ne nous fait pas peur. Après tout, la fin justifie les moyens ! » sourient nos aventuriers des travaux.

Conseils

Pragmatiques, les jeunes gens ne se font pas prier pour donner quelques conseils utiles à tous ceux en recherche de leur nid douillet. « Se faire accompagner par des professionnels en qui on a confiance est essentiel. Le courant doit passer quand on perd beaucoup de temps ensemble (rires). Personnellement, le fait d’avoir fait appel à un cabinet d’architectes d’intérieur nous a permis de gagner du temps (pré-sélection de prestataires de confiance, avec même parfois des réductions de prix dus aux relations de partenariat entre l’architecte et les prestataires) et par là même, de faire prendre de la valeur à notre maison puisque nous sommes passés d’une maison de trois chambres à une configuration de quatre chambres grâce à eux ! D’autre part, il ne faut négliger aucun détail, même les choses invisibles à l’œil nu, comme l’électricité, pour se faciliter le quotidien par la suite. » Texte: Alix Bellac