Changer d'édition

Advertorial

Quelque part au Limpertsberg…

Bauen & Wunnen
Photos: Primatt

Rêver – Rénover

Bauen & Wunnen 21.09.2022
Anzeige


Anne-Claire a l’enthousiasme chevillé au corps et c’est avec entrain qu’elle a accepté de nous ouvrir les portes de cet appartement lumineux où elle coule des jours, tantôt calmes, tantôt mouvementés, auprès de sa tribu recomposée.

Entre contraintes et bonne surprise

« Nous avons visité 16 appartements… avant de trouver celuici, précise la dynamique quinqua. Il faut dire que nous n’avions pas moins de cinq enfants à caser dedans ! (rires). La localité avait une grande importance, eu égard aux établissements où les enfants étaient déjà scolarisés.

Cari Home

Mais il y a eu un clin d’œil du destin : nous avons trouvé cet appartement par hasard par des amis qui avaient appris que leurs connaissances quittaient les lieux pour se lancer dans la grande aventure de l’accession à la propriété au Grand-Duché. Vive le réseau ! Las, le loyer était trop élevé pour nous...

Le propriétaire a accepté d’en descendre légèrement le prix et nous lui en sommes vivement reconnaissants !

De fait, nous bichonnons véritablement cet endroit au cœur du Limperstberg, car c’est un bien précieux alliant de bien nombreux atouts. »


«Ici, beaucoup d'éléments acquis en seconde main, démarche importante à nos yeux.»


« Nettoyer » les lieux

« Un appartement ensoleillé, une vue dégagée et des meubles qui ont pris leur place aisément, que demander de plus ? Pour maximiser tout ce potentiel, nous avons fait appel à une professionnelle du Feng Shui. Ce travail particulier est établi en fonction des personnes qui y vivent, des objets qui cohabitent dans la maison et de la structure familiale. C’est un art à part entière et, de fait, nous constatons que l’énergie circule au mieux dans ces lieux.

Le travail de Feng Shui est important à faire parce que rien n’est anodin ; il reste toujours quelque chose du passage des anciens locataires... »

Se débarrasser et recycler

« De plus, il a aussi fallu se séparer de certains éléments de décoration et d’ameublement, vestiges de nos anciennes habitations (et vies).

Au final, ce qui perdure est harmonieux à nos yeux et quasiment tous les éléments ici présents ont été rénovés ou acquis en seconde main, démarches importantes à nos yeux.

Ainsi, le fameux fauteuil jaune fluo qui attire tous les séants qui passent par ici (rires) ! Il est, de plus, un souvenir d’une amie : devant quitter le Luxembourg et ne pouvant le prendre avec elle du fait de son volume, je me suis fait un plaisir de le lui racheter ! De même, nous étant bien entendus avec les précédents locataires, nous avons conservé le lustre du living-room qu’ils avaient choisi ainsi qu’un de leurs canapés. »

La pièce forte

« Mais ce qui signe la personnalité du living-room est sans aucun doute la photographie réalisée par Annaïg Giquel-Donadieu et offerte à mon compagnon pour son cinquantième anniversaire.

Il s’agit, selon le procédé propre à cette artiste – qui associe deux endroits, deux textures, deux ambiances – d’un photo-montage d’une plage en Bretagne et d’un élément des friches industrielles de Belval. Deux mondes chers à mon compagnon, réunis en un cliché et qui interpellent immanquablement.

Enfants, amis, cadeaux et symboles…

« Les différentes générations se plaisent ici. L’empreinte des amis est aussi présente, puisque nous aimons à conserver leurs cadeaux de décoration et autres présents (livres, photos, etc.).

Cela signe l’ADN de notre home sweet home, tout comme les contraintes d’ameublement qui en font finalement son charme.

J’en veux pour preuve les chaises dépareillées dans le coin salle à manger : nous avons profité d’une liquidation de stock et, de fait, les chaises sont toutes différentes.

Une chance, c’est une tendance à la mode en ce moment (sourires).

Des projets

Bien installée dans son appartement du centre-ville, AnneClaire y passe beaucoup de temps, à œuvrer notamment sur son nouveau projet le podcast, ACCAM :

« Nous sommes partis du postulat qu’il y a énormément de personnalités différentes et enthousiastes au Luxembourg, et qu’elles contribuent au fait que c’est un pays en effervescence. Nous avons adopté, pour ce podcast, un ton léger et pétillant qui, nous l’espérons, galvanise et donne envie de faire bouger les choses plus avant.

Nous avons plusieurs projets dont celui de concevoir des événements pour soutenir les petites entreprises, associations etc. On interviewe chaque intervenant mais, au-delà de cela, la trace audio reste, nous communiquons sur les différents réseaux sociaux et sommes à la recherche de sponsoring.

L’idée est de créer un écosystème avec événements, newsletters et une fois au moins, l’opportunité de rassembler les personnes interviewées dans le podcast. Ainsi, on rend la communauté vivante ! »

Sans doute autant que la vie dans votre appartement, chère AnneClaire ! Alix Bellac