Changer d'édition

Advertorial

Appartement à sensations

Bauen & Wunnen
Photos: Primatt Photography

Rêver – Rénover

Bauen & Wunnen 11.10.2021
Anzeige


On grimpe quatre étages – l’ascenseur attendra – et ce sont tout à la fois les cordes vocales de Beyoncé mêlées aux jappements de Pacha, le petit maître des lieux, et surtout le merveilleux sourire d’Alexandra, qui nous accueillent. Dans cet appartement de Merl à la vue imprenable, cohabitent deux générations. Séduits par les volumes des lieux, la famille fait vivre l’endroit de façon esthétique et poétique.


«La déco de cet appartement génère auprès de nos invités, des émotions tant positives que négatives... et c'est tant mieux !»


De l’espace !

Alexandra sourit : « Quand nous avons visité les lieux il y a onze ans, on ne peut pas dire que ce fut un coup de cœur mais le ressenti visuel nous a incité à persévérer tant les volumes convenaient à notre mode de vie. En effet, nous aimons recevoir et la pièce à vivre, d’une superficie très satisfaisante, ainsi que le luxe d‘avoir une chambre pour chacun, nous a décidé. J’ai même pu, par la suite, m’aménager une pièce entièrement dévolue à mon activité de coach. »

Collini Welter - Agence Immobiliére

Sublime et subliminal héritage

La jeune femme sourit et continue : « D’un rien on peut faire merveille. Tout est possible ! » Et de prendre en exemple le bahut trônant dans le salon-salle à manger et qui cacherait une tenture disgracieuse et impossible à enlever… Ici et là, des tableaux, des lithographies, des pièces d’art délicieusement mises en scène. « Nous avons paradoxalement très peu de meubles ou objets qui nous viennent directement de nos familles – hormis une paire de fauteuils et des tableaux anciens du Maroc et d’Algérie -, mais l’héritage culturel est indéniablement présent. On baigne dans tout cela enfant et, une fois adulte, on se rend compte de ce qui nous a été transmis de façon inconsciente et surtout de ce que l’on peut en faire », sourit la maîtresse des lieux.

Provoquer… tout en délicatesse

« J’aime la décoration et me sentir bien chez moi, ce qui est également le cas de nos enfants, aujourd’hui adolescents mais paradoxalement assez casaniers. Je change constamment les meubles de place, ce qui fatigue quelque peu Emmanuel, mon mari ! Ce qui est formidable en revanche, c’est que ce ne sont pas les goûts de l’un ou de l’autre qui ont pris le dessus mais bien le fait que nous avons beau coup en commun, ce qui nous rapproche et nous lie. De manière globale mais surtout concernant nos tableaux qui sont « forts », ils laissent rarement les visiteurs indifférents mais j’en suis ravie, c’est le signe que cela procure une sensation ». Et la jeune femme de mettre l’accent sur « Monsieur Jamin », autoportrait éponyme et art brut de l’artiste du même nom, cadeau reçu pour son quarantième anniversaire.

Le futur en marche

Quant à mes enfants, qui ont des goûts très différents, ils adorent le mélange de style de notre lieu de vie. Ils sont baignés dans une certaine atmosphère, ils en feront ensuite ce qu’ils voudront. Du reste, mon fils quittera bientôt le nid familial, je suis curieuse de savoir comment il va aménager son petit intérieur », sourit malicieusement Alexandra. « En attendant, même si nous ne savons pas quand nous repartirons, une chose est sûre : il y aura beaucoup de trous à reboucher ! » Texte: Alix Bellac