Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Advertorial

Entre gris clair et beige foncé...

Bauen & Wunnen
Photos: Steve Eastwood

Rêver, rénover

Bauen & Wunnen 03.02.2021
Anzeige


Une maison typique du quartier Belair, une jeune femme dont l’œil frise dès qu’elle évoque les artistes qui la touchent et dont certains ont trouvé écrin en son foyer, les maisons du Luxembourg arborent décidément bien des joliesses et de belles âmes.


«Nous avons notre étage, les enfants le leur et nous nous retrouvons au rez-de-chaussée.»


Un coup de chance
«La porte est d’époque», s’excuse Anne en nous désignant le PVC blanc – un tantinet démodé, il est vrai – «mais au moins la lumière fuse quasi continuellement!» Tout l’esprit de la maîtresse des lieux résumé dans cette phrase. Chaleureuse, lumineuse, Anne, traîne sa bonne humeur dans Luxembourg depuis sept ans maintenant, époque où son mari apprend du jour au lendemain qu’il doit venir s’établir professionnellement ici. Quitter la France prestement, la tâche n’est pas aisée. C’est Erwan qui part donc en éclaireur avec, entre autres missions, celle de trouver un nid pour sa famille. «En juillet, les biens sont déjà plutôt rares car les familles qui arrivent pour la rentrée ont déjà jeté leur dévolu sur les biens attractifs, mais nous avons eu beaucoup de chance! Nous avons tout de suite flashé sur cette maison dont les volumes nous paraissaient suffisamment grands pour accueillir notre famille sans que pour autant nous nous y sentions perdus ou loin les uns des autres. Nous avons notre étage; les enfants le leur. Et nous nous retrouvons au rez-de-chaussée dans la pièce de vie (et son joli sol en point de Hongrie), tout à la fois salon, salle à manger et bureau d'appoint. Nous ne sommes pas totalement chez nous puisque locataires mais il est vrai que nous avons eu un coup de cœur pour les volumes, le jardin dans la continuité du living, les chambres spacieuses, le calme et la proximité du parc que l’on voit par la fenêtre. Et puis, c’est la maison qui a vu grandir les enfants de notre propriétaire, et c’est précieux», ajoute la jeune femme.

FISCHBACH Realtors & Developers

Artistes, enfance et harmonie
Côté couleurs, même si Anne confesse les aimer toutes, des plus pâles aux plus intenses, par un concours de circonstances, se conjuguent ici des teintes de sable, gris, taupe, bleu. «Très reposant», commente Steve, notre photographe. Sans doute un prochain nid de cette même famille pourrait être plus coloré mais il faut reconnaître que tout ici se répond harmonieusement. Le couple a acquis plusieurs œuvres depuis son implantation en terre luxembourgeoise et les coups de cœurs artistiques voisinent sympathiquement avec les souvenirs d’enfance et d’adolescence d’Erwan et Anne. Maison avant tout estampillée convivialité, de dîners entre amis aux enfants que l’on éduque en les encourageant dans leurs talents, les murs et la déco parlent: ici une œuvre XXL de Albert Janzen, là un coup de cœur pour Etienne Ackerman et son «Another Sunset», là les sacs à main de la coquette maîtresse des lieux parant gracieusement une porte ou un fauteuil, et puis ici encore, plantes vertes et séchées ne semblant pas vouloir jouer la compétition. «Nous ne sommes pas collectionneurs, simplement amateurs, guidés par des coups de cœur et surtout sensibles aux rencontres. Il nous faut néanmoins confesser un intérêt particulier pour la photographie», sourit Anne. «Nous apprécions beaucoup le duo Yves Marchand – Romain Meffre, devenus des références en photographie et soutenus par la galerie Polka et le très créatif et inspiré Thomas Devaux découvert à la galerie Macadam de Bruxelles.»

Apprivoiser l’espace
Sur la délicate question de l’agencement des espaces, Anne explique: «Nous vivions dans un grand appartement avant d'emménager au Luxembourg et nos meubles, objets et tableaux ont trouvé assez naturellement leur place. Nous avions en revanche plus de baies vitrées, donc nous avons passé un peu de temps à trouver comment occuper les espaces vides des murs. Côté projets, nous avons prévu de rechercher d'autres luminaires, tout comme un nouveau canapé (coloré cette fois-ci!) pour apporter une touche supplémentaire d’intensité tout en restant dans des matières naturelles et dans les tons actuels apaisants de notre séjour, écru, gris, bleu…

«Laissons, laissons entrer le soleil...»
Bien naturellement, nous rêvons parfois à jouer à «si c’était notre maison» et sur le sujet, nous avons beaucoup d’idées. Nous agrandirions l'espace de vie sur le jardin et ouvririons la cuisine sur le séjour pour une seule pièce de vie et d'échanges pour la famille. Augmenter la taille de la terrasse dans le jardin serait aussi un projet intéressant et… remplacer la porte d'entrée (rires) tout en gardant de grandes ouvertures pour, toujours, laisser entrer la lumière. Quoi qu’il en soit, en quittant notre hôtesse, nous constatons que cette lumière habite bel et bien une certaine maison de Belair… Texte: Alix Bellac