Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Advertorial

Une ambassade de charme pour le Périgord

Gastronomie
Formé en France et au Grand-Duché, cet été, Yan Bartosik inaugure la Brasserie Bergerac.
Gastronomie 12.11.2018
Anzeige

Une ambassade de charme pour le Périgord

Par Emilie Di Vinzeco

Le terroir du sud-ouest français est à l’honneur dans cet établissement cosy qui revisite également les classiques, avec des burgers au canard. Pour les gourmets et gourmands, une nouvelle adresse de choix.

Simple clin d’oeil ou aboutissement logique d’une carrière ? C’est dans le quartier de la gare à Luxembourg-ville que Yan Bartosik, après avoir beaucoup voyagé, a décidé de poser ses valises. Ou plutôt ses couverts.

Formé en France puis, à partir de 1998, dans différents établissements du Grand-Duché, il ouvre le Cyrano il y a quatre ans déjà.

A la fois gérant et chef, cet amoureux des cuisines française et italienne qu’il juge «les deux meilleures au monde» y propose une carte à fois gastronomique et contemporaine.

Yan Bartosik concède qu’il réalise alors «la finalisation de son travail et tout son parcours antérieur». Le succès est au rendezvous.

Une ambassade de charme pour le Périgord Image 2

Mais quand on aime, on ne compte pas, et surtout, on désire partager sa passion. Alors cet été, après dix mois de travaux effectués de ses mains décidément expertes, Yan Bartosik inaugure la Brasserie Bergerac.

Juste en face du Cyrano, évidemment. Car les richesses gourmandes du Périgord, dans le sud-ouest de la France, et la littérature sont les fils conducteurs d’un itinéraire voué à la bonne chère et aux chairs goûteuses!


L'établissement peut être privatisé à l'occasion d'un événement familial ou professionnel.


Tradition et modernité


L’atmosphère est délibérément cosy, le décor moderne. Mais l’essentiel est évidemment dans l’assiette et comme dans la pièce d’Edmond de Rostand, le chef peut clamer qu’à la fin de l’envoi, il touche.

Les classiques du Périgord sont au rendez-vous, tels que l’ardoise de foie gras maison ou le tartare de magret de canard. Quitte à emprunter à d’autres trésors du terroir avec des cuisses de canard au Calvados aux parfums judicieusement mêlés et dosés. Pourtant, la tradition se conjugue aussi avec modernité via des salades et surtout des burgers de luxe (à prix raisonnable) déclinés au canard, au boeuf ou à base d’une myriade de légumes (les végétaliens ont droit aussi au meilleur!).


A moins d’opter pour une sélection en forme de dégustation de ces trois morceaux de bravoure?

Les amateurs de poissons ne sont pas oubliés avec un étonnant burger de thon rouge de Méditerranée et son pain noir à l’encre de seiche, et puisque le patron aime voyager et varier dans ses inspirations, selon le marché du jour, de belles surprises se glissent sans cesse au sein de cette carte décidément très imaginative. Avec son souschef Yvan Léal, Yan Bartosik et son équipe en cuisine et en salle ne se ménagent donc pas pour satisfaire les appétits et les appétences de chacun. Une autre spécificité de la brasserie est d’ailleurs de proposer des petits déjeuners roboratifs, mais délicats, avec quelques grammes de foie gras si nécessaire pour débuter la journée dans la bonne humeur. 


Pour compléter une autre citation du tonitruant Cyrano de Bergerac, ici, ce n’est pas que moralement qu’on a des élégances! Les gourmets et gourmands sont choyés. Et si nécessaire, l’établissement peut être privatisé à l’occasion d’un événement familial ou professionnel et le menu personnalisé. Par ailleurs, des rendez-vous spéciaux jalonnent la saison. Une dégustation de caviars est prévue prochainement!

Côté boissons, même souci d’allier générosité, qualité et parfums d’ici et d’ailleurs. Sur la carte des vins, les sélections de crus luxembourgeois de la maison Gales voisinent avec de belles références françaises tandis que pour les alcools, gins et rhums sont choisis avec tact.

Pas de doute. La Brasserie Bergerac s’impose d’entrée dans le paysage culinaire de la capitale grand-ducale.